Travailler solo ou avoir une équipe ?

Cette semaine, on a fait le point avec RDI, l’un des organismes qui nous a prêté de l’argent pour nous lancer. 

On parlé de notre bilan 2021, qui commence à dater maintenant, et dans lequel il a fallu se replonger un peu.

L’équipe admin prépare un rapport de fin d’année : bilan, compte de résultat, grand livre, bilans mensuels… qu’elle remet ensuite à notre expert-comptable au moment de la déclaration d’impôts et cette partie est, pour nous Entrepreneure∙s-Salarié∙es, la chose la plus facile du monde. On n’a pas besoin de se démener, de chercher à savoir ce qu’on peut déduire, ni de passer des week-ends entiers à essayer de classer des dépenses de l’année dernière dont on ne se souvient même pas.

L’équipe admin s’occupe de ça tout au long de l’année.

Tu sais ce qu’il nous reste à regarder quand on passe en revue ces documents ?

Ce que l’on gagne par rapport à ce que l’on dépense pour y arriver.

Autrement connu sous le nom de : REVENUS – DÉPENSES = BÉNÉFICES.

Ce qu’il te reste après toutes tes dépenses, c’est ce que tu gagnes réellement ; et c’est le chiffre qui compte. Et on voulait prendre le temps d’en parler un peu, parce qu’on voit cette tendance sur Internet où le conseil du jour est le suivant :

  1. Crée un programme !
  2. Monte une équipe !
  3. Laisse-les tout gérer pour toi !
  4. Passe voir ce qu’il se passe une fois par semaine !
  5. Verse-toi un salaire à sept chiffres !

Et, franchement, ça nous donne autant des haut-le-cœur que la fois où a essayé de re-manger des gratons (et ce n’est pas un euphémisme). C’est pas parce qu’il n’y a pas de valeur dans le fait d’avoir une mentalité de PDG, mais c’est surtout parce que la façon dont l’idée est vendue est souvent un écran de fumée qui danse la rumba avec un miroir aux alouettes.

Si tu gagnes 200 000 euros de revenus, mais que tu dois dépenser 150 000 euros pour une équipe, de la publicité, des logiciels et du botox (ok, d’accord, le botox ne compte pas), tout ce que tu as fait, c’est de te donner beaucoup plus de travail que si tu gagnais 50 000 euros en tant que solopreneur∙e, sans avoir toutes les complexités supplémentaires de devoir ÊTRE PDG / diriger une équipe / faire du baby-sitting / gérer les maux de tête / ne pas faire le travail que tu aimes et faire du management à la place.

Et, honnêtement, gagner 50 000 € en tant que solopreneur∙e est un objectif raisonnablement réalisable de nos jours.

Tu sais pourquoi les gens font encore cette erreur ? Les équipes, les paillettes et la perception que tu as « une vraie entreprise » ? !

La vanité.

L’ego.

L’impression d’avoir réussi.

Pour pouvoir enfin se débarrasser de leur syndrome de l’imposteur et que les autres les considèrent comme importants.

Même s’ils/elles détestent ça. Même s’ils/elles n’aiment pas diriger une équipe, ou gérer d’autres personnes, ou faire des feedbacks négatifs, ou gérer toute la logistique, ou être responsable du gagne-pain de tout le monde ; qui sont toutes des considérations très réelles.

Et c’est l’une des raisons pour lesquelles on préfère notre modèle de portefeuille d’entreprises unipersonnelles légères et rentables.

Il ne s’agit pas de taille, il s’agit de force.

Et vous savez quel est le meilleur moyen de devenir financièrement plus fort ?

Dire « oui » au profit.

Dire « non » à l’ego.

Dire « non » à l’ego débloque le profit.

On a fait un carrousel sur notre compte Insta avec 5 conseils pour gagner plus d’argent en tant que solo-preneur∙e sans succomber à la pression de devoir être une usine à gaz.

On s’est dit qu’on pouvait aussi le partager ici : ✨

En espérant que cela t’aidera si tu ne sais pas quelle direction prendre avec ton activité sur cette fin d’année.