Que faire quand on a trop d’idées ?

Chaque jour, chez Boots & Cats, on a de nouvelles idées, qu’il s’agisse d’un nouveau projet client, d’un article qui, on le sait, ferait écho auprès d’un large public ou de quelque chose qui nous aiderait à améliorer nos vies personnelles. Le problème avec les idées, c’est que tant qu’elles ne sont pas mises en action, ce ne sont que des idées ; et elles ne valent pas beaucoup plus que la pensée qu’on a eu au départ.

Alors, on les capture et on les conserve. Et pourtant, il en reste toujours une tonne une fois qu’on a terminé d’évaluer leur degré d’intérêt. L’étape suivante consiste donc à commencer à en faire quelque chose. C’est alors qu’un autre problème pointe le bout de son nez : elles stagnent. On finit par faire un peu de chaque idée, et certaines ne sont jamais menées à terme. C’est un combat permanent, et un combat qu’on est certaines de ne pas être les seule à mener.

Il n’y a rien de mal à avoir trop d’idées. Mais ce que tu en fais est bien plus important que le simple fait de les avoir. C’est comme avoir beaucoup d’argent mais ne rien faire avec. Parfois, il y a simplement trop d’options. Avoir le choix est une bonne chose, mais trop de choix peut entraîner une forme de paralysie. Si tu trouves que tu es une « machine à idées » qui tombe en panne une fois que les idées sont censées se transformer en quelque chose de tangible, il y a certaines choses que tu peux faire pour te remettre sur les rails.

1. Laisse-les mijoter jusqu’à ton bilan hebdo.

Lorsque tu as une idée, écris-la. Mais n’en fais rien avant le jour de ton bilan hebdomadaire. Si l’idée te vient moins de deux jours avant le jour de ce bilan, n’en fais rien avant le jour suivant. Laisse les idées percoler et s’intégrer à tout ce que tu as à faire. Ça t’aidera à prendre du recul par rapport à ce que tu peux, ou ne peux pas, faire. Si l’idée reste dans ton bilan hebdo pendant quatre semaines, laisse-la tomber. Il est clair qu’elle n’est pas cruciale pour toi en ce moment. De plus, si tu la laisse tomber et qu’elle revient, tu sauras alors qu’il s’agit d’un sujet sur lequel tu devrais peut-être commencer à t’activer.

2. Passe-la au crible de tes valeurs.

C’est une démarche utile lorsque tu examine les idées que tu as en tête, car elle te permet de rester honnête. Si une idée correspond, ou non, aux valeurs que tu portes, tu sauras mieux s’il s’agit ou non de quelque chose sur lequel tu dois te concentrer. S’il y a conflit avec tes valeurs, ce n’est probablement pas quelque chose que tu es susceptible de mener à bien sur le long terme.

3. Crée des dossiers d’idées.

Mets toutes tes idées dans un dossier ; et s’il y a des domaines de ta vie qui sont fondamentaux pour ton bonheur (comme un projet-passion, ton travail ou ta vie de famille), crée un dossier d’idées pour chacun d’eux. Chaque fois que tu as une idée, range-la dans le dossier concerné. Lorsque tu feras ton bilan hebdo (ce que tu fais, hein ?), regarde combien de ces idées se trouvent dans chaque dossier et quels progrès ont été réalisés. Si elles restent là sans aucune action, il est peut-être temps de les abandonner. Cette tactique peut être utilisée en conjonction avec la première tactique mentionnée, ou en remplacement de celle-ci. Nous, on utilise les deux parce qu’une fois que l’idée a mijoté et que c’est quelque chose qu’on a l’intention de faire, on met l’idée dans le dossier correspondant et on la transforme en projet le moment venu.

4. Sois réaliste.

Ce critère est de loin le plus subjectif, car chacun a sa propre façon de procéder. On check tous nos outils (application d’organisation personnelle – a.k.a. Notion, calendriers, etc.) et on regarde vraiment ce pour quoi on a du temps. On se concentre sur les idées qui nous plaisent le plus et dont on sait qu’elles seront les plus bénéfiques pour nous et pour le reste de la communauté Boots & Cats, ou pour nos clients. Puis on commence à faire le tri. C’est un peu une démarche de pleine conscience. On ne médite pas vraiment, mais on entre en contact avec tout ce qu’on a sur notre assiette et on décide (vraiment) de ce qui peut rester et de ce qui doit disparaître. C’est la chose la plus difficile à faire, généralement parce que d’autres idées nous viennent à l’esprit à ce moment là. Mais les idées qui nous viennent à l’esprit pendant cette période ne tiennent que rarement. Elles sont généralement juste destinées à nous éloigner de l’objectif à atteindre : devenir concrètes.

L’un des avantages d’avoir des idées qui te viennent régulièrement c’est que tu ne manques jamais de matière pour travailler. Mais c’est la partie « travailler dessus » qui est la plus difficile. Capturer tes idées, c’est bien, mais y réfléchir en profondeur et entrer en action, c’est ce qui t’évitera de te sentir débordé·e et te permettra de leur donner vie.

Si tu es une machine à idées, apprendre à séparer les projets des rejets est une compétence qui vaut la peine d’être pratiquée. Car une idée en soi ne vaut pas grand-chose, et toi, tu vaux bien plus que ça.

Photo by Patrick Tomasso on Unsplash